En passant...

 

30/10/11

 

Je viens, je pars, je reviens et j'espère ne pas repartir...

Qui sait?

J'ai du mal à rester fixée.

Je continue, néanmoins, à lire. C'est ma seule constante!

 

Les mises à jour sont plus nombreuses sur la page FB du blogue, ainsi que sur mon Twitter...

Malheureusement, ça n'a pas toujours rapport à la littérature... mais bon, les livres, c'est avant tout la vie, non?

Raccourcis en tout genre

 
BanniereSherlock
 
ZChallengeDavid
 
Zchallenge-stephen-king
 
Zchallengecoupdecoeurblogo.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 

Pub !

 
  

!!

Fil d'Ariane

  • Flux RSS des articles
Samedi 18 février 6 18 /02 /Fév 02:14

Bonjour à tous,

                            eh oui, j'ai bien peur qu'il va falloir en arriver là... J'ai attendu, en vain, que l'inspiration et l'envie me reviennent, mais finalement, rien ne s'est passé. Je crois que mon penchant pour les blogs s'est peu à peu évaporé avec l'arrivée en masse de nouveaux blogueurs (très semblables pour la plupart) et le manque de nouveauté accrocheuses dans le milieu livresque. Ou alors c'est juste moi. Haha, que voulez-vous... Ce fut une aventure intéressante pendant toutes ces années, mais bon, les pages se tournent ! :)

 

Je laisse mon blog ouvert encore quelques temps, mais éventuellement il finira par disparaître, comme tout ce qui se trouve sur le net...

 

Bon voyage pour les autres qui continuent ! Je continuerai à vous lire, mais je retourne dans l'ombre...

Par Caprice - Publié dans : Tout ce qui est pas un livre
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 18 décembre 7 18 /12 /Déc 23:06

J'aime beaucoup Philip K. Dick depuis que j'ai commencé à lire ses nouvelles, tout à fait par hasard, il y a quelques mois. Il y est tellement imaginatif avec ses histoires en concentrées qu'on a l'impression que ce monde parallèle de son univers littéraire est bel et bien réel.

 

Mais cette histoire d'amour ne peut pas être parfaite. Hélas!

 

C'est avec un soupir de soulagement que j'ai refermé Blade Runner de Dick. C'est triste à dire, mais oui, j'ai été soulagée quand je l'ai terminé. Jusqu'à la toute fin, j'ai cru que j'allais finir par me passionner pour les personnages, mais non. Attention, ça n'était pas un incroyable enfer que de traverser ce livre, ça reste intéressant tout de même. Sauf que je n'ai pas été transportée comme je m'y attendais.

Une preuve à l'appui c'est que je n'ai presque pas de souvenirs de l'histoire, à part les androïdes cachés dans un immeuble abandonné et servis, d'une certaine façon, par un humain dont le cerveau était à moitié mort. Et son éternelle mouton électrique, obsédente idée du personnage principal.

Par contre, l'idée du transmetteur d'émotions est vraiment bien trouvée, l'idée pourrait être à creuser, j'aime l'image que ça renvoit de l'humanité qui cherche simplement à ne pas se poser de questions...

 

Mais bon, sinon, c'est un peu un rendez-vous manqué avec le livre le plus connu de cet auteur que je continue à chérir malgré cette fausse note entre nous!

Par Caprice - Publié dans : Littérature Américaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 décembre 4 15 /12 /Déc 22:33

Je ne suis pas vraiment thriller dans ma vie littéraire, je préfère écouter une bonne série qui en reprend les ingrédients que de le lire. En fait je ne sais pas trop pourquoi, le genre enquête sombre ne m'avait jamais vraiment attiré (sauf avec Qui a tué Glenn, mais ça je pouvais pas dire non, une enquête faite par des moutons! Trop drôle!) (J'étais certaine que j'en avais déjà parlé ici... mais manifestement non... bizarre...) (Non, ce n'est pas un thriller, mais c'est drôle par contre)

Bref, c'est pas le genre de livre vers lequel je me dirige naturellement... jusqu'à il n'y a pas très longtemps. Je suis tombé sous le charme d'un maître en la matière (très subjectif) et j'ai nommé Franck Thilliez, que j'ai découvert avec Le Syndrome [E].

 

On y retrouve les deux enquêteurs vedettes de Thilliez, Sharko et Henebelle, qui viennent à se rencontrer sur une affaire des plus étranges (et ma foi assez jouissive) mélangeant la cinématographie, l'histoire de l'ère Duplessiste du Québec, les messages subliminaux capables de provoquer la Violence avec un grand V et j'en passe. L'auteur a réussi à non seulement écrire une intrigue hallucinante pleine de rebondissement (ha, juste la fin, grrr.) et de suspense, mais il a réussi à y intégrer un début de relation entre ses deux personnages principaux caractérisés par leur noirceur respective (et à laquelle je n'en suis qu'au début de la découverte!).

 

Des enfants et des lapins. Et juste cette image me fait frissonner! Haha, alors pour savoir, va falloir le lire...

 

510 pages de joie, fascinée au point de couper dans mes heures de sommeil (ça faisait longtemps que ce ne m'étais pas arrivé)

Rien d'autres à dire que c'est vraiment excellent et j'ai découvert là un auteur dont j'ai l'intention de continuer à lire son oeuvre au complet!

Par Caprice - Publié dans : Littérature Française
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 12 décembre 1 12 /12 /Déc 03:37

Honte à moi. J'ai fait mes études en lettres, à l'université, et je n'avais jamais lu d'oeuvres de Milan Kundera. Non, jamais !! À peine quelques phrases de L'insoutenable légèreté de l'être qu'on avait analysé en Psychanalyse ou en Essai, je sais plus...

 

Mais bon, je n'avais pris la peine d'acheter un de ses livres et de me plonger dans ses oeuvres... et quel plaisir quand je l'ai fait ! Je n'ai pas commencé par son livre par lequel tout le monde commence son incursion dans son univers, mais par un livre un peu moins épais, dont on parle moins.

 

C'est La lenteur par Milan Kundera, donc.

 

Quel bonheur! Je suis tombée en amour avec sa plume, avec sa réflexion. On sent l'intelligence derrière les propos, derrière les histoires présentées. On comprend les messages qui sont véhiculées...

J'ai beaucoup aimé le décalage entre l'histoire du chevalier et celle du conférencier... à choisir, je préfèrerais vivre celle du chevalier. Plus de lenteur, pour plus de saveur, pour plus de mémoire. Aujourd'hui, tout étant trop rapidement avalé, digéré, et vite vite vite, on passe à autre chose. Quelle époque, n'est-ce pas?

C'est court, beaucoup trop court, j'en aurais pris davantage encore...

Mais une chose est sûre; je vais continuer de lire Kundera ! Il s'est fait une nouvelle adepte!

Par Caprice - Publié dans : Littérature Française
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 décembre 5 09 /12 /Déc 02:56

Je parle du deuxième tome de la série du Protectorat de l'Ombrelle que j'ai décidé de lire en VO. Alors, ici il ne sera pas question de "Sans forme" mais de "Changeless". Non mais quelle mauvaise traduction! À mon avis, bien sûr! Il me semble que j'aurais opté pour "Sans changement" plutôt que "Sans forme" ! Si vous saviez le temps que ça m'a pris pour faire le lien entre le titre et le livre ! Arf.

 

Bref.

 

Je vais vous le dire sans détours, ce n'est pas un coup de coeur pour moi. Ça fait déjà un mois ou deux que je l'ai lu et je m'en souviens pratiquement pas. Je me souviens de la fin, je me souviens que beaucoup d'entre vous ont été outrés, même scandalisés, et j'avoue que c'est fort comme réaction, mais tout de même... bof. Autant j'ai été transporté par le premier, Soulless, autant j'ai dû me forcer pour terminer celui-ci.

 

Il n'empêche que j'ai bien aimé le personnage de cette femme inventeure à l'ambiguité (ou androgynie, les deux sont applicable je crois) délicieuse, Ivy qui est toujours aussi colorée et qui entraîne un bordel incroyable dans son sillage, l'ancien pack de Maccon, délicieusement scottish...

 

Mais la sauce n'a pas pris. C'est triste... mais bon, je compte bien continuer à lire la série, ça va prendre juste un peu plus de temps avant que je me procure le troisième tome...

Par Caprice - Publié dans : Littérature Américaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés